Le drone passager LIFT se pilote
comme un simulateur de vol


Voler en ville à bord d'un drone passager

19 décembre 2018
Le drone passager LIFT airship à été conçu pour servir de taxi interurbain
Le drone passager LIFT airship - Photo courtesy of LIFT airship

Si Matt Chasen réussit, il y aura un moment - dans un avenir pas si lointain - où les voyageurs pourront commander un taxi aérien qui les fera traverser la ville en quelques minutes en évitant les rues congestionnées par le trafic en dessous.

Pour l'instant, cependant, le directeur général de LIFT aircraft devra utiliser l'Hexa, l'avion à décollage et atterrissage vertical à propulsion électrique de sa start-up, pour autre chose : des vols de 15 minutes à travers un lac près d'Austin, pour 249 dollars le vol.


Découvrir et acheter les meilleurs simulateurs de vol sur Amazon.fr

Bien que les vols cibleront une clientèle récréative, M. Chasen les considère comme un tremplin vers une nouvelle forme de transport urbain pratique.

"L'environnement réglementaire actuel ne permet pas encore l'utilisation de ces appareils dans les transports ", a déclaré M. Chasen, un ancien ingénieur de Boeing ayant une formation en génie mécanique et aérospatial. "Nous bâtirons la confiance du public dans la technologie. Une fois que cela se produira, il est inévitable que les gens voudront l'utiliser pour certains types de vols interurbains."

Cela pourrait prendre des années, a précisé M. Chasen, mais les résultats pourraient être immenses, car la course à la création de véhicules volants autonomes commence, avec des sociétés comme Uber, Airbus et Volocopter qui les développent déjà.

Contrairement aux avions conventionnels, la Federal Aviation Administration n'exige pas de licence de pilote pour piloter une embarcation "ultralégère à moteur". Les règles de l'agence exigent plutôt que les ultra-légers fonctionnent de jour en plein air et limitent leur utilisation aux sports et aux loisirs.

Pour faire fonctionner l'Hexa, a dit M. Chasen, les clients suivront une séance d'orientation qui comprendra des vidéos sur la sécurité et une formation dans un simulateur de réalité virtuelle d'une durée maximale d'une heure. Un test d'aptitude de base suivra, puis des vérifications avant vol avec soutien au sol.

L'avion, qui ressemble à un drone et qui est commandé à l'aide d'un joystick dans le poste de pilotage et stabilisé par un ordinateur de bord, pèse 220 kg, peut accueillir une personne et possède 18 ensembles d'hélices, moteurs et batteries. Les pilotes potentiels doivent peser moins de 125 kg. Pendant le vol, dit M. Chasen, les pilotes peuvent voir les informations de sécurité sur un écran de réalité augmentée à l'intérieur de l'avion. En cas d'urgence, dit-il, les contrôleurs de vol peuvent prendre le contrôle de l'avion et le piloter à distance comme un drone. Chasen a comparé l'expérience de vol à "un simulateur de vol dans lequel vous pouvez monter."

L'avion peut se déplacer à une vitesse d'un peu plus de 95 km/h à la vitesse maximale et comprend des flotteurs à coussin d'air, ce qui lui permet de se poser sur l'eau si nécessaire.

"Contrairement aux hélicoptères traditionnels, il n'est pas nécessaire d'être très habile pour piloter l'Hexa ", dit-il. "Si vous lâchez complètement le joystick, l'avion reste en position GPS. C'est programmé pour que si le niveau des batteries baisse jusqu'à un certain niveau, l'avion revienne automatiquement sur le site de lancement."

LIFT espère commencer à offrir des vols au-dessus d'un lac populaire à l'extérieur d'Austin l'an prochain. La société a annoncé la semaine dernière qu'elle envisageait également de créer 25 autres " plaques tournantes aéronautiques " dans 25 villes du pays, qui seraient situées à proximité de destinations touristiques et de zones de divertissement. Bien que les villes n'aient pas encore été nommées, l'entreprise accepte déjà des réservations.

"J'imaginais un emplacement pour le Lift depuis une jetée sur le front de mer de Seattle", a précisé Chasen dans un article de GeekWire.

M. Chasen a dit qu'il ne pense pas que la FAA certifiera les avions à décollage et atterrissage verticaux pour le transport commercial tant qu'ils n'auront pas fait la preuve de leur sécurité. Une fois que cela se produira, une nouvelle vague de moyens de transport alternatifs devrait rapidement émerger.

Dans cinq à dix ans, prédit-il, des avions comme l'Hexa joueront un rôle très différent en milieu urbain, devenant une " alternative à la conduite " pour certains types de déplacements.

"Je pense que nous serons une option parmi tant d'autres aux heures de pointe, et vous pouvez vous envoler pendant 10 minutes au lieu de conduire pendant 90 minutes", a dit Chasen. "Je pense que ce sera un créneau pour commencer, mais à un moment donné, il ne sera pas surprenant de voir des avions décoller régulièrement sur les toits des villes."


Vidéo : LIFT Aircraft