Du vol à la fabrication de simulateurs de vol :
SynFlyt à l'assaut du marché


SynFlyt lance un nouveau simulateur de vol Full-Motion

08 décembre 2018
Aperçu du cockpit d'un simulateur de vol de la société SynFlyt basée en Australie
Aperçu du cockpit d'un simulateur de vol de la société SynFlyt

Les simulateurs de vol ont parcouru un long chemin depuis que l'innovateur américain Edwin Link a conçu le premier prototype de son célèbre "Link Trainer" en utilisant des pièces d'orgue et de piano récupérées dans la petite usine de son père en 1929.

Alors que le simulateur de vol de mouvement de base de Link a formé des centaines de milliers de pilotes pendant les deux guerres mondiales, l'essor de l'aviation commerciale au cours des décennies à venir s'est traduit par la conception et la fabrication de simulateurs de vol de mouvement sophistiqués pour répondre à la demande croissante en pilotes.

Aujourd'hui, l'industrie de l'aviation connaît une grave pénurie de pilotes alors que les compagnies aériennes s'efforcent de répondre à la demande croissante de transport aérien.

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) prévoit que les compagnies aériennes du monde entier devront recruter 620 000 pilotes d'ici 2036 pour faire voler le nombre record d'avions en construction, tout en remplaçant les milliers d'aviateurs qui devraient prendre leur retraite pendant cette période.


Découvrir et acheter les meilleurs simulateurs de vol sur Amazon.fr

L'Association du transport aérien international (IATA) estime que le trafic aérien va presque doubler au cours des 20 prochaines années. De nombreuses écoles de pilotage internationales et même des compagnies aériennes comme Airbus et Boeing sont en train d'étendre leurs services de formation.

En Australie, Qantas a récemment annoncé que sa toute première académie de formation des pilotes sera basée à Toowoomba et vise à former 250 pilotes par an. Un deuxième site, destiné à former un nombre similaire de pilotes, doit encore être annoncé. Qantas affirme qu'elle investira 20 millions de dollars dans sa nouvelle école de pilotage afin d'assurer un approvisionnement en pilotes dans le cadre d'un roulement de personnel élevé dans sa branche régionale QantasLink. Emirates a également ouvert une académie de formation au pilotage de 135 millions de dollars en novembre pour jusqu'à 600 cadets.

Le processus de formation des pilotes commence par l'apprentissage des candidats à piloter des avions légers dans une école de formation des pilotes. Mais le coût élevé de la formation est un obstacle majeur pour attirer la jeune génération vers une carrière de pilote.

Le coût d'un pilote professionnel est actuellement comparable à celui d'un médecin ou d'un vétérinaire. Selon un rapport d'universitaires de la Swinburne University of Technology, un pilote professionnel formé à l'université et possédant une qualification d'instructeur de vol paiera plus de 140 000 $ en honoraires.


SynFlyt est né

Ayant anticipé cette hausse de la demande de formation des pilotes et dans le but de réduire le coût de la formation des nouveaux stagiaires, Ross Maclennan, ingénieur électronicien et pilote breveté basé à Sydney, a lancé SynFlyt en 2011.

Le simulateur de vol de SynFlyt - Innovation 21, qui a également remporté le prix de l'entreprise de fabrication la plus innovante aux Manufacturers' Monthly's Endeavour Awards 2016, combine l'ingénierie et la conception internes avec des composants composites pour reproduire une expérience réelle au poste de pilotage, aussi proche que possible du monde réel.

SynFlyt a commencé la production en vue du placement dans les écoles de pilotage en décembre 2018 et est actuellement en négociation avec un certain nombre de clients internationaux pour des commandes de production à grande échelle.

"Nous concevons chaque composant dans le logiciel SolidWorks et nous fabriquons certains composants en interne. Les pièces en composites sont fabriquées par une société basée à Sydney et nous pouvons assembler l'ensemble du simulateur en quatre jours-homme ", a déclaré M. Maclennan à Manufacturer's' Monthly.

L'Innovation 21 SFTD (Synthetic Flight Training Device) de SynFlyt offre trois degrés de liberté de mouvement et un environnement immersif, avec accès en ligne aux données de formation et à l'imagerie satellite pour différents terrains.

"La plupart des simulateurs de vol utilisent des images générées par ordinateur. SynFlyt est le premier à utiliser exclusivement l'imagerie satellite de DigitalGlobe pour produire des terrains à haute résolution avec des dénivelés corrects ", ajoute Maclennan.


Comment tout a commencé pour SynFlyt

Le processus de conception du simulateur Innovation 21 a commencé avec une idée simple, a dit M. Maclennan. "Il devait avoir la forme d'une boule."

Il a passé les deux années suivantes à trouver le mécanisme de déplacement et de rotation de la boule pour simuler une expérience du monde réel. Le fait que Maclennan était lui-même titulaire d'une licence de pilote et qu'il possédait de nombreuses heures d'expérience de vol l'a aidé.

Simultanément au déjeuner SynFlyt, Maclennan a également commencé ses propres recherches en appelant des écoles de formation au pilotage régionales en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni - ce qui l'a aidé à mieux comprendre les obstacles auxquels ces écoles de formation au pilotage sont confrontées.

"Les écoles de pilotage, en Australie et dans le monde, sont pour la plupart des petites entreprises. On les décrit souvent comme des entreprises de papas et mamans ou une industrie artisanale. Ainsi, la plupart d'entre eux n'ont pas les moyens d'acheter les simulateurs de mouvement existants qui sont vendus à partir de 130 000 $ et plus. De plus, les simulateurs existants ont tous besoin d'être protégés contre les intempéries, mais de nombreuses écoles de pilotage n'ont pas l'espace nécessaire pour les accueillir ", dit-il.

Cela a suscité une autre idée - non seulement le simulateur devait être compact, mais il devait aussi être à l'épreuve des intempéries, de sorte que les écoles dont l'espace intérieur était insuffisant puissent les placer à l'extérieur.


Le modèle du pouding magique

Maclennan s'est également rendu compte qu'il avait besoin d'un modèle de vente qui permette aux écoles de pilotage d'acheter les simulateurs de mouvement. Il a créé un modèle de vente qu'il décrit comme son "pudding magique".

Dans ce modèle de vente, les écoles de pilotage peuvent obtenir gratuitement un simulateur Innovation 21 auprès de SynFlyt si elles peuvent s'engager sur un objectif horaire minimum de 65 heures par mois. SynFlyt facturera directement les stagiaires et offrira une commission aux écoles de pilotage.

Bien qu'il ne soit pas encore obligatoire pour les écoles de pilotage d'utiliser des simulateurs de vol pour la formation des pilotes, l'utilisation d'un simulateur de mouvement peut réduire considérablement le temps et le coût de la formation.

"Selon la Civil Aviation Safety Authority (CASA), il faut généralement 75 heures aux cadets pour obtenir une licence de pilote privé. Mais, si vous développez les compétences dans un simulateur de vol, vous pouvez réduire ce temps à 50 heures.

"Le processus d'entraînement actuel consiste à s'entraîner avec de vrais avions, ce qui coûte environ 300 $ de l'heure. Il coûte 65 $ de l'heure dans un simulateur. Ainsi, la formation à l'aide d'un simulateur de mouvement réduit les coûts de formation d'environ 6 000 $ pour chaque stagiaire. À mesure que les cadets passent à la qualification de vol aux instruments et à la formation des pilotes professionnels, les économies peuvent atteindre 20 000 $ pour chaque stagiaire ", a déclaré M. Maclennan.


Un produit global

SynFlyt a récemment ouvert un bureau aux Etats-Unis, afin d'offrir son produit au grand nombre d'écoles de formation de l'aviation générale dans les aéroports dispersés dans le pays. La plupart des écoles de formation des pilotes sont situées dans les aéroports de l'aviation générale, puisqu'elles offrent de la formation à l'aide d'aéronefs légers exploités dans ces installations.

"Dans le monde, il y a environ 42 000 aéroports d'aviation générale, et près de la moitié d'entre eux se trouvent aux États-Unis. L'Australie ne compte que 600 aéroports d'aviation générale. La Chine prévoit également d'augmenter le nombre de ses aéroports d'aviation générale jusqu'à 500 d'ici la fin de cette année ", a déclaré M. Maclennan.

Avec l'explosion de la demande de formation de pilotes à des prix abordables, SynFlyt envisage d'accroître sa production prochainement.

"Notre estimation initiale était de produire au moins 3 000 unités au cours des cinq premières années. Mais nous avons récemment ouvert un bureau aux États-Unis et le PDG de notre division américaine a estimé que nous fournirions entre 5 000 et 7 000 unités en cinq ans aux États-Unis seulement ", a déclaré M. Maclennan.

SynFlyt est un exemple de la façon dont le secteur manufacturier australien peut s'attaquer aux marchés mondiaux grâce à l'innovation, a-t-il dit.

"Même si certaines parties du produit fini sont fabriquées à l'étranger, la propriété intellectuelle restera toujours en Australie. Le modèle de SynFLyt est un bon exemple de la façon dont nous pouvons utiliser la technologie dont nous disposons ici et attirer l'attention du monde sur la fabrication australienne."

Site officiel de SynFlyt : http://synflyt.com.au/


Vidéo : Civil Aviation Safety Authority (CASA)